Litige financier : comment choisir son avocat ?

Avec plus de 70 000 avocats exerçant en France, on ne sait pas forcément lequel choisir lorsqu’on est confronté à un litige. Le choix est assez délicat à faire, surtout quand les enjeux sont de taille. Les avocats les plus connus ne sont pas toujours les plus compétents. En sus, il est normalement interdit aux avocats de faire de la publicité commerciale (sauf dérogation du conseil de l’ordre), ce qui rend la tâche encore plus difficile. Quant aux tarifs, on ne peut pas s’en servir comme point de repère puisqu’ils sont très variés. Pour ne pas vous tromper, voici quelques conseils.

Rappel : en quoi consiste le métier d’avocat en droit bancaire ?

L’avocat en droit bancaire ou en droit financier est un juriste compétent pour régler les litiges liés au domaine bancaire. En général, ils exercent leur activité auprès des banques, des organismes du secteur de la finance ou auprès de clients particuliers. Parmi ses principales activités, on distingue :

  • le règlement de toutes les opérations bancaires opposant un particulier ou une entreprise à une banque (emprunt non remboursé, taux d’intérêt…) ;
  • la gestion de vente de bien immobilier ;
  • la gestion au niveau juridique des finances d’une entreprise ;
  • la gestion de tout litige financier.

Si ces activités correspondent à vos besoins, c’est bien d’un avocat en droit bancaire dont vous avez besoin. Il existe plus d’une centaine de cabinets sur le territoire français, que ce soit dans un cabinet d’avocat à Nice ou ailleurs, qui est spécialisé dans ce domaine.

Comment être sûr des aptitudes d’un avocat ?

En principe, tout avocat est censé refuser un dossier s’il estime ne pas avoir les compétences requises pour le traiter. Toutefois, certains peuvent être malhonnêtes et tout de même accepter afin de se remplir les poches. C’est pourquoi il vaut mieux vérifier que l’avocat que vous choisissez soit réellement qualifié pour vous défendre au mieux.

Tout d’abord, assurez-vous que l’avocat en question est bien spécialisé en droit bancaire et qu’il a de l’expérience (ancienneté). Pour ce faire, consultez le site Internet du barreau de votre ville. Vous y verrez tous les avocats de l’endroit où vous résidez avec leur spécialisation et la date de leur serment.

Ensuite, pour savoir si votre avocat est réellement compétent, faites un tour sur « Legifrance.gouv.fr ». Ce site archive toutes les décisions judiciaires des cours d’appel et de la Cour de cassation. Vous n’aurez qu’à taper le nom de l’avocat pour savoir dans quels procès il a plaidé, si c’était concluant ou non.

Enfin, ne vous laissez pas berner par un titre qui ne veut absolument rien dire, comme « avocat à la cour ». Méfiez-vous également de ceux qui vous incitent directement à lancer un procès. Il ne cherche qu’à faire profit et non à défendre réellement vos intérêts. Un procès est souvent plus rentable pour eux qu’un règlement à l’amiable.

Comment s’assurer du sérieux d’un avocat ?

Certes, un avocat peut-être compétent, mais débordé. Dans les plus grandes villes, certains avocats traitent plus de 300 dossiers par an. Vous devez donc vous assurer que le vôtre a réellement du temps à vous consacrer !

Pour cela, dès votre premier contact, demandez-lui les horaires auxquels il sera joignable et son numéro de téléphone. Si, par la suite, il ne répond pas au téléphone à plusieurs reprises, fuyez ! C’est la preuve qu’il est déjà trop débordé ou qu’il n’est pas assez sérieux.

Soyez également vigilant concernant les avocats réputés comme étant des ténors du barreau et les grands cabinets d’avocat. Le risque que votre dossier soit confié à des avocats juniors ou à un stagiaire est très élevé, car ils sont très sollicités ! Pour éviter cela, demandez à ce que le nom de l’avocat qui traitera votre dossier jusqu’à la fin soit mentionné clairement dans la convention d’honoraires.

Enfin, assurez-vous que le cabinet d’avocat que vous choisissez soit à proximité de votre lieu d’habitation. Vous pourrez ainsi rencontrer votre avocat plus facilement. Toutefois, ce n’est pas obligatoire. Dans le cas d’un litige financier important, il est plus judicieux de tenir compte des compétences d’un avocat que de s’assurer de sa proximité. Vous pouvez faire appel à un avocat spécialisé en droit bancaire dans une commune voisine et le consulter à distance, par téléphone, par mail ou autres.